Ingrid

Commencer de zéro

Ingrid est devenue directrice un peu par hasard. “J’étais infirmière en chef dans une maison de repos et de soins à Sint-Katelijne-Waver, lorsque le directeur y a été licencié. Du jour au lendemain, j’ai été promue infirmière en chef et directrice. Cela m’a demandé beaucoup d’efforts, mais j’aimais mon boulot. Et j’y ai acquis pas mal d’expérience, avant de commencer à travailler à la résidence ’t Bisschoppenhofje à Deurne, un établissement flambant neuf que j’ai dû lancer de zéro.” Ce fut aussi le cas à son arrivée à la résidence Ter Eyke, où il fallait tout commencer depuis le début. “Un défi que je ne voulais pas laisser passer”, dit-elle en riant.

Aux petits soins pour les collaborateurs

En deux ans, la maison de repos et de soins à Edegem s’est entourée d’une équipe soudée de collaborateurs. “Ce capital humain constitue la base de notre résidence”, explique Ingrid. “Si le personnel est satisfait, cela se répercute sur les résidents. Ma devise est d’ailleurs : collaborateurs heureux, résidents heureux ! J’essaie de prendre soin de mes collaborateurs, tout comme je soigne les résidents. Je tiens le plus possible compte de l’équilibre entre leur vie professionnelle et privée, des demandes de jours de congé, de l’horaire … Si les collaborateurs viennent travailler avec plaisir, les résidents le sentent. Et je suis ouverte aux innovations et aux suggestions. J’aime apprendre des choses de mon personnel.”

Se soutenir

Son job lui apporte une satisfaction au quotidien. “Je ne suis pas encore venue travailler une seule fois à contrecœur”, dit-elle. “Je suis confrontée quotidiennement à des petits problèmes et je cherche chaque fois une solution. Si le résident ou la famille est content, ça me fait aussi sourire. Il est vrai que je ne m’occupe plus directement des soins – ce qui me manque parfois – mais j’essaie de soutenir chaque jour le personnel soignant et infirmier à ma façon.”

“Créer un cadre familial, c’est notre objectif principal”

Il importe surtout de témoigner de respect pour les résidents. “Ce sont des personnes adultes, qui peuvent prendre des décisions librement. Créer un cadre familial, c’est notre objectif principal”, poursuit-elle. “J’essaie aussi d’être très accessible pour les résidents. La porte de mon bureau est toujours ouverte, tout le monde peut passer me voir à chaque instant.” À 62 ans, Ingrid compte bien travailler encore longtemps. “Je vais même travailler plus longtemps que légalement nécessaire, car normalement je peux déjà prendre ma retraite cette année. Je suis donc loin de penser à arrêter !”

Gebouw